10 jours en Californie (1) – San Francisco

written by Margaux 23 juillet 2018
san francisco blog vacances voyage

Voici enfin notre premier article de 2018 ! Depuis notre retour en Limousin, nous passons un bon nombre de nos weekends à rechercher des Poï’z à travers la région (voir notre article sur le géocaching Terra Aventura). Mais nous avons eu une petite envie d’ailleurs, alors pourquoi ne pas traverser l’Atlantique à la conquête de l’Ouest, direction la Californie ! San Francisco, Monterey, Yosemite, …

 .                         .   

Voici donc le premier article d’une série de quatre, sur notre première étape : San Francisco. Nous n’y avons passé que 4 jours, mais nous en avons pris plein les yeux (et plein les mollets !).

San Francisco est située sur une péninsule, à l’entrée sud de la baie du même nom. Il y règne un microclimat : températures assez stables durant l’année (entre 15 et 20°C  pendant notre séjour), pluies importantes l’hiver, et brouillard l’été. La présence estivale de Karl the Fog est dûe à la rencontre au-dessus de la ville de l’air chaud venant de l’intérieur des terres et des courants froids du Pacifique. Il vient recouvrir la ville, enrobant au passage le célèbre Golden Gate Bridge. Par chance, Karl n’est venu cacher le soleil qu’une demi-journée pendant notre séjour. Cela peut parfois durer des jours !

San Francisco est une ville côtière mais pas plate pour autant  : on y compte 43 collines. Les rues, à l’image de toutes les villes américaines, sont longues (parfois plusieurs km) et rectilignes. Elles ne contournent donc pas les collines, elles épousent leurs pentes. Ça monte, ça descend… Les rues les plus escarpées peuvent atteindre les 30% de pente ! Pour comparaison, la pente maximale dans la montée de l’Alpe d’Huez, étape incontournable du Tour de France, est de seulement 14%.

Les maisons de style victorien, avec leur bow windows (fenêtres en saillie), leurs façades colorées et agrémentées de frises, sont un des emblèmes de San Francisco. La plupart date du XXème siècle. En effet, un terrible tremblement de terre (7,8 sur l’échelle de Richter, suivi d’un incendie, a ravagé SF en 1906. 80% de la ville ont été détruits. Parmi les plus anciennes maisons, nous sommes allés voir les Seven Painted Ladies, qui sont aussi les plus célèbres.

Seven painted ladies maisons san francisco alamo square

Seven Painted Ladies

 

Fisherman’s wharf

C’est l’ancien quartier des pêcheurs et des conserveries, le plus touristique de la ville aujourd’hui. Situé tout au nord la ville, il fait face à la célèbre île d’Alcatraz. Si vous cherchez des souvenirs ou des cartes postales, vous serez sûrs d’en trouvez ici. Mais heureusement, les quais ne se résument pas à ça.

L’attraction incontournable se trouve au niveau du Pier 39. Il ne s’agit pas des maisonnettes en bois formant un centre commercial à ciel ouvert rempli d’attrape-touristes, mais bien de la colonie d’otaries qui a élu domicile sur les pontons flottants à l’ouest du quai. Les lions de mer sont arrivés ici en 1990. Leur effectif varie tout au long de l’année en fonction des migrations. Il peut passer de 300 à 1000 en quelques mois. Le record a été atteint en 2009 avec l’observation de 1700 individus ! Depuis le quai, on peut voir les otaries se prélasser au soleil, se chamailler, plonger et jouer dans l’eau… le tout dans un vacarme permanent et une odeur de poisson pourri. La colonie est repérable de loin au son et à l’odeur !

otaries sea lions san francisco pier 39

Les otaries du Pier 39

 

Un peu plus loin, au niveau du Pier 45, se trouve le Musée mécanique. Ce musée-salle de jeu abrite une collection originale de 200 machines datant du 19ème siècle à nos jours, rassemblée par Edward Zelinski. Toutes les machines fonctionnent et vous pouvez les tester pour 25 cents. Diseuses de bonne aventure, automates, pianos mécaniques, … faites votre choix ! Entrée gratuite.

Le long du Pier 45 sont amarrés deux bâtiments de l’armée américaine datant de la Seconde Guerre mondiale : l’USS Pampanito, sous-marin déployé dans le Pacifique, et le Jeremiah O’Brien, navire ayant participé au débarquement en Normandie en juin 1944. Vous pouvez monter à bord pour 20$ (par site). Si vous aimez les bateaux, vous pourrez également aller voir les Historic Ships amarrés au Hyde Street Pier (grand voilier 3 mâts, navire à aubes, …).

Le Wharf est également le point de départ des balades en bateau dans la baie. Nous avons choisi la compagnie Red & White Fleet pour faire un tour d’1h dans la baie (33$ par personne). Nous avons longé la côte jusqu’au Golden Gate Bridge, sous lequel le bateau a fait demi-tour, puis nous avons fait le tour d’Alcatraz avant de rentrer (seule la compagnie Alcatraz Cruises est habilitée à accoster sur l’île et à faire visiter la prison). A bord, vous disposerez d’un audioguide en français. Les commentaires sont diffusés en continu, ce qui fait une sacrée masse d’informations mais nous avons appris des choses intéressantes, notamment sur l’histoire de la ville. Seul bémol, quelques coupures de son, dues à des difficultés de réception sur le pont supérieur.

Pour compléter votre connaissance de la ville et de son histoire, n’hésitez pas à passer par le Visitor Center situé non loin des Historic Ships (entrée gratuite).

 

Golden Gate Bridge

Emblème de San Francisco, le Golden Gate Bridge est sans doute le pont suspendu le plus connu dans le monde. Long de 2 km, il permet de relier la ville à la partie nord de la baie. Sa couleur rouge-orangé si particulière s’accorde parfaitement dans le paysage.

Golden Gate Bridge San Francisco

Golden Gate Bridge depuis Marshall’s Beach

Si vous souhaitez traverser le pont, sachez que le passage à pied et en vélo est gratuit. En revanche, la traversée est payante pour les voitures. Le péage se situe à la sortie sud du pont (côté SF). Aucun paiement ne se fait sur place, vous devez vous enregistrer en ligne ou par téléphone avant votre traversée. Si vous louez un véhicule, demandez à l’agence de location si elle propose un mode de paiement particulier.

Si vous souhaitez faire une belle photo du Golden Gate Bridge, vous pouvez vous rendre à Marshall’s beach, côté SF, ou à Battery Spencer en traversant le pont.

A noter : un autre pont suspendu permet de traverser la baie vers Oakland, à l’ouest. Il s’agit du Bay Bridge qui, lui, est de couleur grise.

 

Golden Gate Park et Lands End

Plus grand que Central Park à New York (et aussi plus beau selon Le Routard), le Golden Gate Park s’étend sur 450 ha (5km sur 800m). Il abrite plusieurs jardins et musées, dont le De Young Museum (Art) et la California Academy of Sciences. De notre côté, nous avons visité la serre victorienne du Conservatory of Flowers, qui possède notamment une magnifique collection d’orchidées, et le Japanese Tea Garden, superbe petit jardin japonais dans lequel nous avons dégusté une bonne soupe de udon (longues nouilles épaisses). Par manque de temps, nous n’avons pas pu visiter le Botanical Garden… la prochaine fois ! Nous n’avons pas non plus exploré tous les recoins du Golden Gate Park. Pour cela, nous aurions peut-être dû louer des vélos.

 

Nous avons traversé le parc pendant le week-end. Les familles s’y retrouvent pour un pique-nique, un barbecue ou un goûter d’anniversaire (avec château gonflable en option !). Tout le monde partage l’espace dans une ambiance conviviale.

Arrivés à l’extrémité ouest du parc, nous sommes tombés sur Ocean Beach, plage de 6,5km qui ne correspond pas vraiment à l’image qu’on se fait d’une plage californienne. Certes, il s’agit bien d’une longue étendue de sable fin mais ici, pas de baigneur. En effet, l’été la plage est souvent dans le brouillard, il y a du vent et la mer, qui est en moyenne à 10°C, est dangereuse. Pour la baignade et le bronzage, on repassera !

En suivant la côte vers le nord, nous avons rejoint Lands End, un parc traversé par un sentier qui offre de jolis points de vue sur la côte et l’entrée de la baie. Lors de notre passage, nous avons pu observer plusieurs baleines (au loin, avec les jumelles). Vous y verrez peut-être aussi des escadrons de pélicans rasant les flots, ou des coyotes. Pour les moins chanceux, vous pourrez vous rabattre sur l’observation des écureuils et des colibris, présents dans tous les parcs de la ville.

golden gate bridge lands end san francisco

Lands End

 

Telegraph Hill

Surmontée de la Coit Tower, Telegraph Hill est facilement reconnaissable de loin. Cette colline de 83m de haut doit son nom à la construction en 1849 d’un sémaphore servant à indiquer à la population la nature des navires entrant dans la baie. La Coit Tower est venue remplacer le sémaphore en 1933, financée par l’excentrique Lillie Hitchcock, veuve du très riche Howard Coit. À sa mort, Lillie a légué une partie de la fortune héritée de son mari à la ville, à condition d’utiliser cet argent pour embellir la ville. Il a alors été décidé de construire cette tour de 64m de haut, dont le rez-de-chaussée est richement décoré par des fresques murales. Si le temps est dégagé, nous vous conseillons de monter en haut de la tour pour admirer la ville à 360° (8$ par personne).

 

 

Chinatown

Avec ses 100 à 150 000 habitants, c’est le plus grand quartier chinois du monde, devant celui de New York. Au sud, on y entre par un portique en forme de pagode, offert par la Chine en 1969. Cette partie de Chinatown abrite une flopée de magasins de souvenirs de plus ou moins bon goût… Il faut continuer vers le nord pour trouver des petites échoppes plus traditionnelles, avec des étals débordant de fruits et de légumes exotiques, ou encore d’épices en vrac.

La communauté chinoise a joué un rôle important dans l’histoire de la ville, depuis l’époque de la ruée vers l’or jusqu’à aujourd’hui. Cependant, elle n’a pas toujours été bien acceptée. Plusieurs lois anti-chinoises ont été instaurées dans la seconde moitié du 19ème siècle : écoles séparées, port de la natte interdit, restriction de l’immigration… Aujourd’hui les choses ont heureusement bien changé. Pour preuve, les San Franciscains ont élu en 2012 un maire sino-américain.

 

Financial District

Rien d’exceptionnel ici. De hauts buildings, avec la fameuse Transamerica Pyramid… Si vous souhaitez traverser la baie en bateau jusqu’à Oakland ou Sausalito, rendez-vous au Ferry Building. Avant la construction du Golden Gate Bridge et du Bay Bridge, 50 000 personnes embarquaient ici chaque jour. Aujourd’hui, ce sont surtout les boutiques qui attirent les visiteurs à l’intérieur du Ferry Building. Si vous avez une petite faim, vous y trouverez un grand choix de restauration. Mais aussi beaucoup de monde !

 

Mission District

C’est le quartier latino de San Francisco. Nous n’y avons fait qu’un bref passage, pour aller voir quelques exemples de fresques murales. Beaucoup de bâtiments sont recouverts de peintures colorées et souvent à message politique. Quelques ruelles, comme Clarion Alley ou Balmy Alley, sont de véritables musées à ciel ouvert.

 

Transports

Nous avons beaucoup circulé à pied dans San Francisco mais parfois, on avoue, vaincus par la fatigue, nous avons fait appel à des VTC (Lyft) pour rentrer. Le bus nous a paru un moyen de transport peu adapté pour les touristes : très peu de distributeurs de tickets, achat à bord seulement si vous avez l’appoint… Par contre, nous avons testé deux modes de transport en commun originaux : le cable car et l’historic street car.

Le Cable car a été inventé en 1873 par Andrew Hallidie, après qu’il a assisté à la dégringolade d’un attelage de chevaux n’arrivant pas à monter une rue escarpée. Il a alors eu l’idée d’un moyen de transport sur rail sans moteur, qui pourrait gravir les collines de la ville en étant tracté par un câble. Ce câble est situé entre les deux rails, sous le niveau du sol, et les cable car s’y accrochent grâce à un grip qui enserre le câble. Ce grip est prolongé par un levier jusqu’en cabine, là où se tient le gripman, le conducteur. La montée se fait par l’arrière, où un autre agent vend les billets (7$ le trajet – rend la monnaie). Les freins ont intérêt à bien fonctionner, parce qu’en descente, on prend de la vitesse !

Sur chaque ligne, on trouve deux voies de circulation, les cable cars circulant dans les deux sens. Il reste aujourd’hui 3 lignes, sur les 22 qui existaient dans les années 1890. Les moteurs entrainant les câbles sont tous situés au même endroit, au croisement de Mason et Washington, dans un bâtiment regroupant des hangars, des ateliers et tout le système d’exploitation. Une partie a été transformée en musée. La visite est très intéressante : on y apprend l’histoire et le fonctionnement du cable car, on peut voir de vieux véhicules et les moteurs en fonctionnement (Cable car Museum – entrée gratuite).

Nous avons également emprunté le tramway, sur la ligne F qui suit tout le front de mer le long de l’Embarcadero, jusqu’au Fisherman’s Wharf. Sur cette ligne, les Street cars sont un peu particuliers : il s’agit de vieux véhicules restaurés provenant du monde entier. Ils sont tous différents ! Nous sommes par exemple montés dans un tramway de Milan, dans lequel nous étions assis sur de belles banquettes en bois. Contrairement au cable car, vous pouvez monter dans un historic street car avec un billet MUNI classique.

 

La messe gospel

Le dimanche matin, nous nous sommes rendus dans une église du Downtown, la Glide Memorial Church, pour assister à une messe gospel. Il s’agit d’une église protestante méthodiste. Nous avons été très bien accueillis et placés à l’étage avec les autres touristes. Nous n’avons assisté qu’à la première partie de l’office (environ 1h), pendant laquelle des annonces sur les activités de la communauté (groupes de paroles, loisirs, festivités, …) entrecoupaient les chants de la chorale gospel. La messe à proprement parlé vient après.

Nous avons assisté à un véritable spectacle, avec musique live. Et les gens sont accueillants, ouverts et souriants. Que vous soyez croyants ou non, vous sortez de là reboostés !

 

Le match de Baseball

Pour s’imprégner un peu plus de la culture américaine, nous avons décidé d’aller voir un match de baseball au AT&T Park : les célèbres Giants de San Francisco contre les Rockies du Colorado. Nous avons choisi le match du dimanche après-midi, les équipes s’affrontant plusieurs fois dans la semaine. Les dimanches, les matchs débutent à 13h. Les gens viennent en famille, déjeunent dans les gradins après avoir acheté un hamburger ou un hotdog. Les galeries situées sous les tribunes sont un paradis pour la junkfood ! On a eu du mal à trouver quelque chose qui ne nous rebutait pas.

Les places les moins chères, situées en tribune haute, étaient à 25$. Les places au bord du terrain étaient à plus de 300$, ce qui n’est pas très cher car le match ne comportait pas de fort enjeu. Nous connaissions les règles de base du baseball, ce qui nous a amplement suffit pour suivre le jeu, même si certaines subtilités nous ont échappé. Nous avons assisté à plusieurs home run qui ont mis le feu au stade. Mais avant d’aller voir un match, sachez que cela peut durer longtemps, plus de 3h dans notre cas. Cependant, les gens arrivent et repartent tout au long du match. Vous n’êtes donc pas obligé de voir l’intégralité du match.

 

Voilà un aperçu de notre séjour à San Francisco. Nous avons beaucoup apprécié cette ville et ses habitants, même s’il faut reconnaître que vivre à SF devient de plus en plus compliqué si vous n’avez pas un revenu élevé. La présence de grandes entreprises de la Tech en ville et dans la Silicon Valley a fait exploser les loyers ces dernières années. San Francisco est la ville qui compte le plus de SDF aux Etats-Unis, alors qu’en nombre d’habitants elle n’est que 14ème. De plus, beaucoup de ces homeless sont toxicomanes ou schizophrènes. Le fait de voir un grand nombre de vétérans, de personnes handicapés, et/ou âgées à la rue nous a particulièrement choqués.

Pour le logement, nous avons eu la chance d’être hébergés chez un ami, car comme on vous le disait précédemment, les loyers sont chers. Côté nourriture, on peut bien sûr manger des hamburgers mais aussi de bons petits plats. Comme dans toutes les grandes villes, on trouve des restaurants du monde entier. Pour le petit déjeuner, on vous conseille le Sears Fine Food (pas donné mais délicieux et déco sympa) et Jane (bon et prix raisonnables). Pour le déjeuner et le diner, nous n’avons pas vraiment d’endroit à vous conseiller. Suivez les conseils de Tripadvisor ou du Routard selon votre budget et vos envies du moment.

Nous reviendrons sûrement à San Francisco un jour, il nous reste tellement de choses à y découvrir ! Mais pour l’heure, voici la suite de notre voyage en Californie, c’est par ici.

 

Mai 2018