Un weekend à l’île de Ré

written by Margaux 30 mai 2017
moutarde sauvage marais salant ile ré mer fleurs

Chouette, encore un weekend prolongé ! Après l’Auvergne, cap à l’ouest, direction l’île de Ré ! Ses plages, ses marais salants, ses villages à l’architecture typique et ses 110 km de pistes cyclables en font une destination très prisée durant l’été. Mais si vous avez l’occasion de séjourner sur l’île hors des périodes d’affluence, vous pourrez profiter de ses magnifiques paysages et partir à la découverte de la culture rétaise.

 

L’île de Ré fait environ 26 km de long et sa largeur varie entre 70 m (isthme du Martray) et 5 km. Sa superficie est de 85 km², soit environ la moitié de celle de l’île d’Oléron, et elle abrite 10 communes. Depuis 1988, elle est reliée au continent par un pont au niveau de La Rochelle. Elle fait partie du département de la Charente-Maritime.

 

 

Ce qui est agréable sur l’île, c’est qu’on peut laisser sa voiture et circuler uniquement à vélo pendant tout son séjour. Les pistes cyclables relient tous les villages entre eux et permettent de se rendre à la plage ou d’aller faire ses courses en toute tranquillité (et en faisant un peu de sport). On trouve des loueurs de vélos dans chaque village. Le relief étant plat, il est très agréable de circuler ainsi. Cependant, en cas de vents forts, les choses peuvent se compliquer un peu…

L’île compte aussi beaucoup de sentiers de randonnée. On peut même faire le tour en quatre jours, à raison d’environ 20 km par jour. De notre côté, nous avons privilégié les petites balades, nous permettant ainsi de nombreuses pauses photo. Que ce soit à vélo ou à pied, on peut explorer tout un ensemble de paysages et milieux différents : marais, marais salants, vignobles, dunes, bois, plages, …

 

 

La Flotte

Figurant parmi les plus beaux villages de France, La Flotte possède un charmant petit port et un marché pittoresque à l’architecture médiévale. Sur la route qui mène à Rivedoux se dressent les ruines de l’Abbaye des Chateliers. C’est le plus vieil édifice religieux de l’île. Elle a été construite au XIIème siècle par les Cisterciens, qui amenèrent avec eux les techniques de culture de la vigne, de production de sel et de construction d’écluses à poissons. L’abbaye a été pillée et détruite puis reconstruite de nombreuses fois au cours de l’histoire. De la construction d’origine, il ne reste quasiment rien, les ruines actuelles datant du XIVe siècle. Ce qui a permis de les sauvegarder, c’est qu’entre 1828 et 1960, elles servaient d’amer pour les bateaux, c’est-à-dire de point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté. Le fronton était alors peint en noir, et le reste en blanc.

 

Saint-Martin-de-Ré

Bien que ce ne soit pas le village le plus peuplé, Saint-Martin est la capitale historique de l’île. Fortifiée par Vauban, elle a gardé presque intactes ses murailles et ses bâtisses. L’enceinte, un demi-cercle d’1,5 km de rayon et de plus de 14 km de linéaire de remparts, devait abriter l’ensemble de la population de l’île en cas de débarquement ennemi. Édifiée entre 1681 et 1685, elle s’appuie au nord-est sur une vaste citadelle, cité militaire transformée en prison au XIXe siècle et toujours en activité.

De nombreux commerces sont répartis dans les rues qui débouchent sur le port, où il fait bon se balader en mangeant une glace à la Martinière, passage incontournable à Saint-Martin. Il y en a pour tous les goûts avec les 66 parfums de glaces et sorbets, des classiques comme des originaux (huître ou pomme de terre).

A noter que l’on peut monter sur le clocher de l’église fortifiée pour surplomber la ville.

 

Loix

Grâce à son isolement, Loix a su garder son caractère authentique. En effet, ce bout de terre était autrefois séparé du reste de l’île. Puis la mer s’est retirée, dégageant une vaste zone de marais, favorisant ainsi le rattachement artificiel des deux îles. Aujourd’hui, cette zone est exploitée par les sauniers. On trouve d’ailleurs aux portes de Loix l’Ecomusée des Marais Salants (entrée : 5€40). La visite est très intéressante. On explore librement l’exposition à l’intérieur puis un guide nous amène dans les marais. On apprend beaucoup sur l’histoire et la technique de production de sel, mais aussi sur la faune et la flore des marais.

Dans le petit port de Loix, on peut découvrir le dernier moulin à marée de l’île. Aujourd’hui propriété privée, il ne se visite malheureusement pas.

Loix ile de ré mer marais salant

Loix

 

Ars-en-Ré

Figurant également parmi les plus beaux villages de France, Ars est aussi le premier port de plaisance de l’île. La chose la plus remarquable, au sens premier du terme, est le clocher de l’Eglise. Peint en noir et blanc, il sert d’amer aux marins.

ars ile ré marais salant village

Ars-en-Ré

 

Phare des Baleines

Avec ses 60 mètres de haut, le Grand Phare des Baleines se dresse à la Pointe ouest de l’île depuis 1854. Il doit son nom aux échouages fréquents de cétacés qui avaient lieu dans le passé sur cette côte. A quelques mètres se dresse l’ancien phare, construit en 1682, qui fut remplacé à cause de sa petite taille et sa faible portée. Au pied de ce qu’on appelle aujourd’hui la « Vieille Tour » se trouve l’ancienne école des gardiens de phare, en activité jusqu’en 1970 et désormais transformée en musée. On y aborde le thème des phares et des grandes missions de balisage menées par l’Etat (exposition réalisée en collaboration avec Jamy Gourmaud !).

Les trois sites se visitent. Comptez 3€40 pour le Grand Phare ou la Vieille Tour et 4€50 pour le musée (réduction sur les billets combinés). Si vous avez le courage de grimper les 257 marches du Grand Phare, vous serez récompensés au sommet ; la vue sur l’île vaut le coup !

On peut se promener sur la plage en contre-bas du phare. A marée basse, on y découvre une écluse à poisson. Ceinturée par un mur en pierres sèches, cette pêcherie permettait de piéger les poissons lorsque la mer se retirait.

 

Les Portes-en-Ré

Nous voilà arrivés au bout de l’île ! C’est sans doute ce qui explique que la commune soit la moins peuplée de l’île. Le village est entouré par la mer, la forêt (bois de Trousse Chemise) et les marais salants. Au sud se trouve la Réserve Naturelle de Lilleau de Niges, gérée par la Ligue de Protection des Oiseaux. L’accès à la réserve est interdit mais des sentiers en font le tour et permettent d’observer de nombreuses espèces à plumes. On peut aussi visiter la Maison du Fier pour en savoir plus sur les différents milieux naturels présents sur l’île (entrée : 5€). Des sorties sont également organisées par la LPO.

aigrette oiseau peche poisson mer plage ile ré

Aigrette à la pêche

 

Restaurants

L’île de Ré est connu des gastronomes pour son sel, ses pommes de terre, ses vignes et ses huîtres.

Concernant les restaurants, l’île n’en manque pas. Nous avons testé la Coccinelle à Saint-Martin. Une bonne cuisine maison, avec des recettes assez originales, des produits frais, au maximum bio et/ou locaux, et même certains plats sans gluten ou sans lactose pour les allergiques. Nous y avons bien mangé, cependant nous vous conseillons d’y aller le midi et non le soir en raison des tarifs.

Nous avons aussi testé Les Viviers à Rivedoux-Plage, à l’entrée de l’île. L’établissement est constitué d’une poissonnerie et d’un restaurant. Vous l’aurez compris, on vient ici pour manger des produits de la mer! Nous avons dégusté des poissons et des fruits de mer frais et très bien cuisinés. Un régal ! Le menu à 30€ pour entrée-plat-dessert est d’un bon rapport qualité-prix. On conseille !

 

Son point culminant atteignant à peine les 20 mètres d’altitude, l’île est directement menacée par l’élévation du niveau de la mer due au changement climatique. Même si une disparition totale est apparemment exclue, on constate déjà des signes de recul des côtes en plusieurs endroits. Alors n’hésitez pas à aller découvrir l’île de Ré dès vos prochaines vacances !

 

 

Mai 2017