Une journée au Puy de Sancy

written by Margaux 30 avril 2017

Premier article depuis notre départ de région parisienne. Nous voilà rentrés chez nous, à Limoges ! Alors en ce beau dimanche de Pâques, nous avons décidé d’aller faire un tour en Auvergne.

 

 

Après seulement 2h de route, nous sommes arrivés au Mont Dore, village situé au pied du massif du Sancy. Le Mont Dore est connu pour ses thermes, construits au début du 19ème siècle, et pour sa station de ski dont les premières pistes datent de 1936 (ce qui en fait la 3ème plus vieille station de France). Le village, qui compte moins de 1500 habitants à l’année, a su garder un côté authentique, que n’ont pas les stations récentes comme la proche Super-Besse.

Notre objectif de la journée : grimper au sommet du Puy de Sancy et de là, se balader sur les crêtes et sommets alentour. Depuis le parking de la station, deux options se présentent pour l’ascension :

  • à pied

Deux itinéraires sont possibles. Cependant, il est fortement déconseillé de passer par le GR4E, piste caillouteuse qui suit le tracé de la piste bleue du Pan de la Grange. Ce chemin est plus praticable pour la descente, même si peu agréable en raison des cailloux. L’itinéraire conseillé est le GR30E, qui passe par le Val de Courre.

A noter qu’un plan des sentiers est disponible au départ du téléphérique.

  • en téléphérique

La montée dure 10 minutes et coûte environ 7€50 par adulte (10€ pour un aller/retour). Pour les jours et les horaires de fonctionnement, vous pouvez vous renseigner sur le site de l’Office de tourisme du Massif du Sancy.

Etant donné que nous sommes arrivés juste avant midi, nous avons préféré prendre cette option afin de passer un maximum de temps sur les sommets. Dans les deux cas, nous conseillons fortement les chaussures de marche, la polaire, la casquette et la crème solaire.

Au départ du téléphérique, on apercevait à peine la gare d’arrivée, noyée dans les nuages. Nous avons cependant pu voir un groupe de chamois broutant dans les pentes durant l’ascension. La montée des 864 marches en bois séparant la gare du sommet s’est également faite dans le brouillard, au milieu des névés, par une température d’environ 3°C. Brrr… Après 20 minutes, nous sommes enfin arrivés sur le toit de l’Auvergne, à 1886 mètres d’altitude, mais malheureusement, on n’y voyait toujours rien.

 

puy de Sancy - brouillard

 

Sancy - brouillard noir et blanc

Pas par là !

 

Nous sommes donc redescendus sur l’autre versant, vers le Col de la Cabane. De part et d’autre de ce col se trouvent les Réserves Naturelles de Chastreix-Sancy et de la Vallée de Chaudefour. De là, on peut se rendre au somment du Puy Gros, en passant au pied des rochers du Capitaine et ses Trois Filles, ou au Puy de la Perdrix, sur lequel on peut monter directement en télécabines depuis Super-Besse, et depuis lequel on surplombe le sud de la Vallée de Chaudefour. Il est également possible de prendre le GR4 qui suit les crêtes à l’ouest de la vallée. Nous avons pu observer quelques marmottes qui gambadaient dans les pentes herbeuses. La réserve abrite également des mouflons, qui n’hésitent pas à sortir du périmètre de protection puisque nous en avons vu dans un pré le matin même, avant d’arriver à la station. D’après une habitante, on les trouve parfois même au milieu de la route en train de lécher le sel ! Le massif du Sancy est aussi réputé pour l’observation des oiseaux. On y trouve par exemple des Vautours fauves, des Grands Corbeaux et des Aigles royaux. Pour notre part, nous avons eu la chance d’observer un jeune Gypaète barbu.

 

 

Puy de sancy - BW noir et blanc

 

Puy de sancy

 

Pour la descente, nous avons pris la piste caillouteuse du GR4E. Elle permet d’admirer la Cascade de la Dore, rivière qui rejoint un peu plus bas la Dogne pour former la Dordogne.

Nous nous sommes ensuite rendus au Lac de Guéry, le plus haut lac d’Auvergne, situé à 1247 mètres mais accessible par la route. Du parking, au niveau du Col de Guéry, on a une vue imprenable sur la Vallée de Fontsalade et les Roches Tuilière et Sanadoire, protrusions[1] datant d’environ 2 millions d’années.

 

Lac du guéry - auvergne, france

Lac du guéry

 

Roche Sanadoire - Auvergne, France

Roche Sanadoire

 

Après cette journée bien remplie, rien de mieux qu’un bon repas à l’Auberge du Lac de Guéry. Le cadre est chaleureux et on y mange bien. Nous avons payé 25€ chacun pour une truffade et un dessert mais les produits sont de qualité et les plats très bons. Nous avons ensuite passé une nuit à l’hôtel Helvetia au Mont-Dore : 65€ la nuit et les petits déjeuners, très bon rapport qualité-prix. Et en prime, un accueil très sympathique.

 

Nous n’avons passé qu’une journée au Sancy mais vous trouverez facilement de quoi vous occuper pour une semaine : randonnées, VTT, pêche et sports nautiques autour des lacs ou encore parapente… Il y en a pour tous les goûts!

Avril 2017

 

[1]: En géologie, une protrusion se forme lors d’une éruption volcanique lorsque la viscosité extrême de la lave fait que celle-ci monte lentement sous la forme d’un piston cylindrique que l’on appelle “une aiguille de protrusion” (Futura-Sciences).