Un weekend au Lac du Der

written by Margaux 2 janvier 2017
Lac du Der, grues

En Limousin, région dont nous sommes originaires, nous voyons tous les ans passer les grues cendrées pendant leur migration. En automne, elles annoncent le retour du froid, lorsqu’elles partent de leur lieu de reproduction, situé en Scandinavie, vers le sud-ouest de la France ou l’Espagne. Au printemps, elles accompagnent l’arrivée des beaux jours lorsqu’elles font le voyage retour, après avoir donné naissance à leurs petits. Durant ce trajet de plusieurs milliers de kilomètres, les grues volent en groupe en formant de grands « V ». Elles sont assez bruyantes, afin de pouvoir se repérer les unes par rapport aux autres.

Il est assez rare de les observer au sol pendant leur migration, bien qu’elles s’arrêtent parfois pour faire des haltes. Pour être sûr d’en voir, il faut se rendre sur leur site d’hivernage. En France, elles hivernent principalement dans le sud-ouest et le nord-est.

 

Lac du Der, grues

Vol de grues en V

 

De notre côté, nous avons choisi d’aller en Champagne, au Lac du Der.

carte

Les grues passent l’hiver ici depuis la mise en eau du lac en 1974. Avec ses 4800 hectares, le lac permet la maîtrise du niveau de la Marne, que ce soit en période de crue ou de sécheresse. Malheureusement, la prévention des inondations dans la vallée de la Marne a provoqué la disparition de 3 villages sous les eaux du lac.

 

Lac du Der, Eglise

Église de Champaubert, village englouti

 

Le lac accueille de nombreuses espèces d’oiseaux, plus de 200 au total. En automne, on peut observer des oies cendrées, des sarcelles d’hiver, des canards siffleurs ou encore des pygargues à queue blanche. Au printemps, c’est au tour des sternes pierregrains, des aigrettes garzettes et des hérons pourprés. Certaines espèces, comme les grands cormorans, les grèbes huppés et les courlis cendrés sont présentes tout au long de l’année. Les grues quant à elles hivernent en Champagne de la mi-octobre à la fin mars.

Des observatoires ont été aménagés autour du lac. Le plus fréquenté est celui de Chantecoq. Il permet d’observer et de photographier les grues le matin à l’aube et le soir au crépuscule. Durant la journée, elles partent se nourrir dans les champs alentour. Il est conseillé de ne pas s’approcher à plus de 500 mètres pour ne pas les déranger. On peut toutefois les voir de plus près lorsqu’elles volent à faible altitude, au décollage ou à l’atterrissage.

 

Lac du Der, Paysage, Ciel

Vue du site de Chantecoq

Lac du Der, Grues

Grues s’apprêtant à atterrir

 

Nous avons passé une journée à faire le tour du lac en voiture, faisant des pauses fréquentes pour observer et photographier les oiseaux et les paysages. Une piste cyclable suit également les rives du lac, mais franchement, à cette époque de l’année, il faisait un peu frisquet… nous avons malgré tout vu quelques courageux ! Parmi les lieux sympathiques où nous nous sommes arrêtés, nous vous conseillons les presqu’îles de Champaubert et de Nemous, les alentours des étangs du Grand Coulon et des Landres, ou encore l’observatoire de la Ferme aux grues à Saint-Rémy-en-Bouzemont.

 

Lac du Der, grues

Lac du Der, grande Aigrette

Grande Aigrette en vol

 

Dormir et manger

Nous avons dormi chez Jocelyne et Alain à l’Escale dorée, une très jolie ferme transformée en chambres d’hôtes. Accueil sympathique, chambres chaleureuses et bon petit déjeuner avec un grand choix de confitures maison. Possibilité de louer des vélos sur place.

Côté restaurants, nous avons testé Le Cheval blanc et La Grange aux abeilles. Pour le premier, bon repas dans l’ensemble mais grosse déception pour Antoine au moment du dessert avec l’arrivée des profiteroles : choux archi-secs, sauce « nutella » plutôt que chocolat et glaces pas terribles. Sur un menu à plus de 30€, c’est vraiment décevant. Pour le second restaurant, repas très correct mais un peu cher pour ce que c’était.

 

En résumé, ce fut un petit weekend sympathique au grand air. Nous avons eu de la chance avec la météo, car en cas de pluie, les activités doivent être assez limitées. Pour les amateurs de photographie animalière, n’oubliez pas le téléobjectif !

 

Lac Du Der, abres, automne